Extrait de la Relacion de las Ylas Filipinas de Miguel de Loarca

Je partage ici la traduction d’un extrait des Relacion de las Ylas Filipinas de Miguel de Loarca (1582) que j’ai proposée à un élève lors d’une séance de colles, pour préparer les oraux d’agrégation de la promotion 2016. Le sujet du programme de moderne est « La péninsule ibérique et le monde (1470-1640) ».
Cet extrait a pour intérêt d’évoquer, de manière très succincte, la présence japonaise aux Philippines dans les premiers temps de la conquête espagnole.
Les coupures effectuées s’expliquent par le souci de proposer un extrait assez riche et intéressant pour être commenté par un agrégatif.

La relation de Miguel de Loarca est plutôt connue dans la mesure où il s’agit d’une des plus anciennes sources espagnoles sur les Philippines, qui comprend des détails géographiques, économiques et culturels sur l’archipel.
En revanche on sait peu de choses sur l’auteur lui-même, sinon qu’il s’agit d’un soldat ayant participé à la conquête des Philippines. Il est également auteur d’une relation de voyage en Chine, antérieure à sa synthèse, nommée Relacion del viaje que hezimos a la China desde la ciudad de Manila en las del poniente año de 1575 años.

Le texte insiste surtout sur les Chinois, qui sont en passe de devenir les intermédiaires absolument incontournables du commerce espagnol avec la Chine, et qui sont dès cette époque très bien intégrés dans les réseaux régionaux.
Il y a malheureusement peu d’informations sur les Japonais : tout au plus comprend-on qu’ils sont présents hors de Manille (mais même si le texte ne l’évoque pas ils étaient également présents dans la capitale à cette époque) et en contact direct avec les populations de Luçon, en tout cas avec les intermédiaires entre producteurs locaux et marchands impliqués dans le commerce extérieur.

Plus intrigante est la mention de ce « port du Japon », dont on regrette que M. de Loarca ne nous donne pas plus d’informations à son sujet. Il est étonnant qu’il ne suggère même pas que des Japonais aient pu y vivre et donner son nom à ce lieu, alors qu’il est tout à fait probable que ce fût le cas. En tout cas, il n’est sans doute pas exagéré de penser que la communauté japonaise aux Philippines était suffisamment importante pour s’être installée dans un lieu spécifique et pour que la population locale comme les autres marchands étrangers (on ne sait pas quelles sont les sources de Loarca) aient identifié ce lieu comme un ancrage privilégié pour les bateaux japonais, ou du moins faisant le voyage jusqu’au Japon.

Par ailleurs, on sait que les Philippines étaient victimes de la piraterie japonaise, à l’époque où Loarca écrit et bien qu’il n’en dise mot. Ainsi, une lettre du gouverneur général Gonzalo Ronquillo de Peñalosa datée du 16 juin 1582 évoque les Japonais, « le peuple le plus belliqueux dans cette partie du monde, doté d’artillerie, de beaucoup d’arquebuses et de lances ».
Une autre lettre du facteur royal Juan Baptista Roman datée du 25 juin 1582, évoque le « fortin et les onze navires japonais » stationnés au bord et dans la rivière de Cagayan et les combats entre Espagnols et Japonais, tandis qu’une seconde lettre de Peñalosa datée du 1er juillet 1582 nous informe sur le dénouement de ce conflit : « ces navires se rendirent après une bataille féroce, au cours de laquelle deux cents Japonais, dont le commandant de la flotte et son fils, furent tués« .
Il est étonnant que Loarca n’évoque pas les pirates japonais, qui semblent alors donner du fil à retordre aux Espagnols ; on peut imaginer qu’au moment où il écrit sa relation il n’y a pas encore de conflit ouvert avec les Japonais ; il l’a achevée en juin vraisemblablement, c’est-à-dire juste au moment où la situation devient critique. Néanmoins la première lettre nous indique que dès 1580 et 1581 des pirates japonais sont venus causer du tort aux populations locales ; Loarca ne pouvait donc ignorer le phénomène.

* * *

Philippines
Capture d’écran Google maps modifiée, portant les principaux toponymes du texte et représentant de manière simplifiée le trajet du galion de Manille.

Relacion de las Yslas Filipinas
por Miguel de Loarca

Capo Primo

De la Ysla de Çubu y de las qe estan en su Juridiçion

ysla de Çubu. La ysla De çubu ques la primera donde miguel lopes de l[eg]azpi poblo tiene de box y çircuyto casi çien leguas, y de longitud casi çinquenta porques muy angosta […] tiene toda esta ysla como tres mil y quinientos yndios en diferentes poblaçones por la mayor parte pequeñas […]

No tiene ninguna encomienda prinçipal en toda ella ningun español aunque son catorçe los que tienen parte en ella qe por ser veçinos de la Villa de çubu se les dió a cada Uno dos o tres puebleçuelos para seruiçio y gallinas y otras cosas de sustento, por tener las encomiendas prinçipales lejos a treynta, y a quarenta leguas, mas y menos tiene aliende de los diçhos naturales como dos tiros de Arcabuz De la uilla de los españoles qe se llama la villa del ssantisimo nombre de Jesus porqe alli se allo vn niño Jesus del tiempo de magallanes qe los yndios tenian en beneraçion, vn pueblo de los naturales ques de la Rel Corona qe tiene como oçhoçientos yndios los quales por el adelantado miguel lopes de legazpi fueron Reseruados de tributo por auer sido siempre en fauor de los españoles y auer ayudado a ganar pte de las otras yslas.

notables de la ysla de çubu auia en la poblaçon de los españoles treynta y tantos encomenderos. Ay de ordinario çinquenta o sesenta españoles con los Vecinos y soldados qe Acuden alli,

alld mayor en çubu. Ay Vna leal de [ = Vn alcalde] mayor proveido por los gouernadores destas yslas con treçientos pesos de salario pagados de penas de Camara y no Alcançando en la Real haçienda el Alcalde mayor asta agora no a proueydo ningun theniente Ay seis Regidores los quales asta agora an sido cadañeros y Vn alguaçil mayor proveydo por los gouernadores que an sido y esta a beneplaçito del goueror quitarle y ponerle es ofiçio qe no tiene prouechos ninguno y asi se dá a un encomendero hombre prinçipal, ay dos Alcaldes hordinarios y Vn escriuano de cabildo y publico que si no fuesen encomenderos de los derechos, no podrian sustentarse por no auer en aquella villa ningun comerçio por estar a trasmano, tiene El mejor puesto qe se a allado en estas yslas y por esso poblo alli miguel lopes de legazpi el qual fundo la diçha villa año de sesenta y quatro podria ser qe con el trato del maluco fuese a mas porqe no siendo de aqui no tiene otra pte de donde le venga ninguna contrataçion porque su comarca es pobre porqe en todo su destricto aunqe es mucho no Ay minas de oro ni lauaderos sino es in la ysla de mindanao como se dira Adelante y eso es poco en esta ysla de çubu se coje poco aRoZ coje se Vorona y millo y tiene poco Algodon a casi ninguno porque la Ropa que vsan para su vestir. es sacada de vnos platanos y dello haçen vnas mantas como bocaçi de colores qe llaman los naturales medrinaqe y en estas yslas la que tiene aRoz y Algodon, es tierra Rica por lo que vale en la nueva españa el algodon y las mantas, la condiçion de la gte dire despues de todos los pintados en general porqe todos son de vna manera tienen tambien gallinas y puercos y algunas cabras frisoles y vnas Rayçes como batatas de sancto domingo qe llaman camotes en esta ysla y en todas las demas el prinçipal mantenimiento despues del aRoz es pescado porqe en todas lo Ay en abundançia y bueno—[En esta ysla de çubu aun qe en todas las yslas que se an descubierto en estas partes ay benados en esta no ay ninguno y si lo traen de fuera y lo hechan en ella se muere luego].

Ysla De matan Al sur de la poblaçon de çubu como dos tiros de arcabuz esta la ysla de matan, ques donde mataron a magallanes ques la que haçe el puerto de çubu, y tiene como quatro leguas de çircuyto y media legua de Ançho, ay en ella como treçientos yndios en quatro o çinco pueblos pequeños es proprios de la villa. […]

Capo 3o

Qe Trata de la ysla de luçon

ysla de luçon La ysla e luçon as la mas prinçipal ysla de todo lo descubierto porques poblada de muçha gte es muy abasteçida de aRoz y muçhas minas donde se a sacado gran cantidad de oro espeçial de la prouinçia de los ylocos. esta Repartida EN tres prouinçias digo la prinçipal della la prinçipal es donde esta fundada la çiudad de manilla cabeça deste Reyno a donde Reside El gouernador, en ella ay el mayor concurso de españoles qe Ay en todas las yslas, legua y media de la çiudad esta El puerto de cauite donde Vienen las naos qe vienen de nueua españa en el Rio desta çiudad entran los nauios qe vienen de çhina qe de hordinario aCuden muçhos al Rescate tiene aqui su magd vn fuerte con vn alcayde tres offiçiales Reales proueydos por su magd vn sargento mayor y Vn alferez mayor proueydos por su magd vn alguaçil mayor de corte vn Alguaçil mayor de la çiudad vn secretario de gouernaçion, escriuano de Cauildo, quatro escriuanos publicos. Reside En esta çiudad El obpo de todas las yslas qe tiene en ella su silla y la yglesia catedral. Ay siete Regidores En esta çiudad […]

Esta esta çiudad fundada en medio de vna ensenada grande y terna de Box çerca de Veynte leguas, toda esta ensenada es muy fertil y Abundante, esta poblada de moros yndustriados de los de burney. El Rio aRiua desta çiudad como çinco leguas tiene vna laguna de Agua dulçe qe terna de box mas de Veynte leguas tierra abundante de aRoz y algodon Ricos de oro digo qe lo tienen en sus joyas qe Por aqui no ay minas desta generaçion de moros estan Poblados hasta los pueblos de las batangas qe Adelante se dira la cantidad de gte qe son, destos moros esta Poblada la ysla de mindoro y la de luban y no se Allan en otra pte de las yslas porqe los de la prouja de Camarines qe es la cabeça desta ysla qe esta a la Vanda deL leste que haçe estreçho por donde entran las naos qe Vienen de nueua españa es gente qe son casi Pintados […] aunqe No se pintan como ellos y traen diferentemente oradadas las orejas porqe La pintura destas dos prouinçias es poca, los pintados pintan se todo El cuerpo muy galanamente y los moros no se pintan ninguna cosa ni se oradan las orejas ni traen El cauello largo sino cortado al contrario de los visayas qe lo traen largo aunqe las mugeres de los moros se horadan las orejas pero muy feamente, de suerte qe los moros poseen la tierra mas fertil desta ysla pero no tienen sino esta ensenada de manilla y quinçe leguas de costa. […]

Vaya de pangasinan Mas adelante como çinco leguas esta la prouinçia de pangasinan ques Vna Vaya que terna como seys leguas en torno, salen a esta Vaya tres Rios caudales que deçienden de las sierras de las minas aurá en esta Prouinçia quatro mill hombres de paz. Ay seys encomenderos y su magd. Esta enterado en lo mejor della de mill hombres es gente qe en el traje y lengua son semejantes a los çambales aRiua dichos aun qe es gente de mas Raçon por ser contratante y asi tratan con çhinos, japones, y burneyes, y con los naturales destas yslas. es muy abundante esta prouinçia de vastimentos como es De aRoz, cabras, y puercos. Ay muçha caça de bufanos porqe aunqe su prinçipal negoçio es tratar, son grandes labradores, porqe Venden A los mineros la comida y Ropa a trueqe de oro y este oro bueluen a Rescatar a los españoles, es gente muy çelosa de sus mugeres y ansi si les cometen adulterio las matan sin qe los parientes lo tengan a mal matan los hijos si tienen muçhos porqe no Viuan en proueça de la suerte qe Diximos de los pintados […]

Puerto del Japon Quatro leguas adelante esta vn puerto qe llaman el puerto del Japon qe Ay en el Vna poblaçon de [español: barré dans le manuscrit] yndios ques vna misma gte qe la de pangasinan.

Traduction

Chapitre premier

De l’île de Cebu et de celles qui sont sous sa juridiction

L’île de Cebu, la première que Miguel Lopez de Legazpi a abordée, forme un circuit d’environ cents lieues et d’une largeur d’environ cinquante, c’est pourquoi elle est très étroite. […] Il y a dans cette île autour de trois mille cinq cents Indiens qui vivent dans différents villages, petits pour la plupart. […]

Il n’y a aucun Espagnol dans aucune des principales encomiendas bien que quatorze d’entre eux y aient des biens ; puisqu’en tant que vecinos de la ville de Cebu ils ont reçu chacun un, deux ou trois villages pour les servir, et leur fournir des poulets et autres moyens de subsistance, sachant que les principales encomiendas sont situées à plus ou moins trente ou quarante lieues de là. De l’autre côté desdits [villages de] naturels, à environ deux tirs d’arquebuse de la ville espagnole nommée Santisimo Nombre de Jesus (car il y avait ici un enfant Jésus datant de l’époque de Magellan et vénéré par les Indiens), il y avait un village de naturels appartenant à la couronne royale, avec huit cents Indiens, qui ont été exemptés de tribut par le commandant Miguel Lopez de Legazpi, pour avoir toujours été en faveur des Espagnols et pour les avoir aidés à conquérir certaines des autres îles.

Choses remarquables de l’île de Cebu. Parmi la population espagnole il y a trente [hommes], qui sont encomenderos. D’ordinaire il y a cinquante ou soixante Espagnols qui vivent là, en comptant les vecinos et les soldats.

L’alcalde-mayor de Cebu.

Les gouverneurs de ces îles ont nommé un alcalde-mayor, avec un salaire de trois cents pesos payé grâce aux penas de Camara[1] ; et le Trésor Royal ne suffisant pas, l’alcalde-mayor n’a jusqu’à aujourd’hui nommé aucun lieutenant. Il y a six regidores, qui, jusqu’à aujourd’hui, ont été élus annuellement et un alguazil-mayor nommé par les gouverneurs, qui peuvent lui ôter et lui retirer son office selon leur bon vouloir ; office pour lequel il n’y a aucune rémunération et qui est donc donné à un des principaux encomenderos. Il y a deux alcaldes ordinarios et un notaire pour le cabildo et pour le public, de  sorte que s’ils n’étaient pas encomenderos de leur droit, ils ne pourraient subsister, étant donné que dans la ville il n’y a aucun [moyen de faire du] commerce à portée de main. La ville a le meilleur port de ces îles, et c’est pour cette raison que Miguel Lopez de Legazpi y a peuplé et fondé ladite ville en l’an soixante-quatre.

Peut-être que grâce aux relations avec les Moluques la situation s’améliorerait, car ni ici ni dans d’autres parties [de l’île] il n’est possible de commercer, car la région est pauvre et dans tout le district il n’y a pas de mines d’or ni d’or alluvionnaire, sinon dans l’île de Mindanao comme je le dirai plus en avant – et encore très peu.
Dans cette île de Cebu on produit un peu de riz, de borona[2], de millet, et un peu de coton (mais quasiment pas du tout). Le vêtement qu’ils utilisent pour s’habiller est tiré de bananiers, dont ils forment un tissu semblable à du calicot coloré que les naturels appellent medrinaque. Dans ces îles la terre qui produit du riz et du coton est une terre riche grâce à la valeur que représentent le coton et le tissu en Nouvelle-Espagne.

Ile de Mactan. Au sud de la ville de Cebu, à environ deux tirs d’arquebuse, se trouve l’île de Mactan, où Magellan fut tué et qui forme le port de Cebu. L’île fait environ quatre lieues de circonférence et une demi-lieue de large.  Elle est peuplée d’environ trois cents Indiens, répartis en quatre ou cinq petits villages et est sous la juridiction de la ville de Cebu. […]

Chapitre troisième

Qui traite de l’île de Luçon.

Île de Luçon.

L’île de Luçon est la principale île de toutes celles qui ont été découvertes car elle est peuplée de beaucoup de gens et est très abondante en riz et en mines dont on tire une grande quantité d’or, en particulier dans la province d’Ilocos. Elle se divise en trois provinces, dont la principale est là où a été fondée la ville de Manille, capitale de ce royaume où réside le gouverneur. Il y a là plus d’Espagnols que dans toutes les autres îles. A une lieue et demie de la ville il y a le port de Cavite où viennent les navires en provenance de Nouvelle-Espagne. Dans la rivière de cette ville entrent les navires qui viennent de Chine, qui d’ordinaire arrivent en nombre. Sa Majesté a une forteresse ici, avec un alcalde, trois officiers royaux nommés par sa Majesté, un sergent major et un alferez-mayor nommés par sa Majesté, un alguacil-mayor pour la cour et un alguacil-mayor pour la ville, un secrétaire pour le gouverneur, un notaire pour le cabildo et quatre écrivains publics. L’évêque de toutes les îles réside dans cette ville ; il y a son siège et son église cathédrale. Il y a sept regidores dans cette ville […] Il y a un monastère de frères augustiniens, un de frères déchaussés, et un de la Compagnie.

Cette ville a été fondée au milieu d’une grande baie d’environ vingt lieues de circonférence. Toute cette baie est très fertile et abondante [en richesses], elle est habitée par des Maures, instruits par ceux de Brunei. La rivière de cette ville a un lac d’eau douce à environ cinq lieues, de vingt lieues de circonférence. La terre abonde en riz et coton et ils ont beaucoup d’or dans leurs bijoux mais il n’y a pas de mines ici. Cette race de Maures s’est installée jusque dans les villages des Batangas – dont je dirai le nombre plus en avant ; ces Maures se sont installés dans l’île de Mindoro et dans celle de Luban mais on n’en trouve dans aucune autre de ces îles. Les habitants de la province de Camarines qui est la principale de cette île, se situe à son extrémité orientale et possède un détroit par lequel entrent les bateaux de Nouvelle-Espagne, sont quasiment comme les Pintados[3] […] bien qu’ils ne se peignent pas comme ceux-ci et percent leurs oreilles différemment, puisque dans ces provinces on ne se peint pas beaucoup. Les Pintados se peignent tout le corps de manière très élégante mais les Maures ne se peignent pas du tout ni se percent les oreilles, et portent les cheveux courts, et non pas longs comme les habitants des Visayas ; en revanche les femmes des Maures se percent les oreilles mais de manière hideuse. Les Maures possèdent les terres les plus fertiles de cette île mais elles se situent seulement dans cette baie de Manille, sur quinze lieues de côtes. […]

Baie de Pangasinan. Plus en avant, à environ cinq lieues, est la province de Pangasinan, qui est une grande baie d’environ six lieues de tour. Trois torrents descendent des montagnes aurifères de cette province, où vivent pacifiquement quatre mille hommes, et se jettent dans cette baie. Six encomenderos disposent de ces terres mais la meilleure partie d’entre elle est à sa Majesté. Ces personnes, dans l’habit comme dans la langue, sont proches des habitants des Zambales, mais sont davantage doués de raison, car ils commercent et trafiquent avec les Chinois, les Japonais, les Bornéens, et avec les naturels des autres îles. Cette province abonde en provisions comme le riz, les chèvres et les porcs, et beaucoup de buffles. Leur principale occupation est le commerce mais ce sont aussi des fermiers, et ils vendent aux mineurs de la nourriture et des vêtements ; ils troquent l’or qu’ils obtiennent en retour avec les Espagnols. […]

Port du Japon. Quatre lieues plus en avant il y a un port qui s’appelle Port du Japon dont la population est composée [d’Espagnols : barré dans le texte] d’Indiens qui sont les mêmes que ceux de Pangasinan.

Miguel de Loarca, Relacion de las Ylas Filipinas, in: E. G. Bourne, E.H. Blair, J. A. Robertson, The Philippine Islands 1493-1803. Cleveland: The A. H. Clark Company, 1903-1909. Vol 5.

(Traduction de l’espagnol PE Bachelet)

[1] Amendes imposées pour certains types de délit (trahison, hérésie) et qui vont directement au Trésor royal.

[2] Désigne également le millet, ou le maïs.

[3] Populations de Cebu, Leyte, Bohol et Samar, appelées ainsi à cause de leurs tatouages (« peintures » ; pintar : peindre).

P-E. Bachelet

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (promotion 2011) et agrégé d'histoire, actuellement en thèse sous la direction de J-P. Bassino (Institut d'Asie orientale). Je travaille sur les réseaux japonais dans l'Asie du Sud-Est moderne, avant comme après les édits d'interdiction de voyage à l'étranger promulgués au Japon en 1635.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.