De l’importance du retour aux sources

Je partage ici le dernier billet du blog de Lê Minh Khai, au titre volontairement provocateur « Crocodiles and the sinking of Premodern Vietnamese History », consultable ici.

Il insiste sur l’importance, pour l’historien, de ne jamais se fier aveuglément à la littérature secondaire et de revenir autant que possible au matériau de base, à la source pure et dure, quand bien même (ou d’autant plus ?) ne serait-il pas spécialiste du sujet qu’il traite.

Il prend pour cela l’exemple fameux du sacrifice aux crocodiles, au cours duquel le plus ancien texte existant en nôm aurait été écrit…du moins est-ce ce qu’affirme Ben Kiernan dans sa récente synthèse sur l’histoire du Vietnam, suivant en cela une historiographie qui l’a induit en erreur. Lê Minh Khai démonte méthodiquement les différents arguments à l’appui de cette thèse, grâce à un recours à la source de cette anecdote, le Đại Việt sử ký toàn thư 大越史記全書.

Au-delà de l’attaque – violente bien que justifiée – contre le travail de B. Kiernan, ce billet montre ainsi que quels que soient son âge et son expérience, l’historien peut toujours être victime de ses sources… et que rien ne remplace un contact direct avec le document originel (même imprimé et/ou scanné), car c’est en ça que constitue l’originalité et la beauté du métier d’historien.

Cet exemple pose à mon sens une autre question, qui est celle des synthèses générales sur l’histoire d’un pays, d’une communauté etc., soit les synthèses qui demandent à l’historien de sortir de sa spécialité et de sa zone de confort. Aussi courageux que périlleux, ce travail est en général bien accueilli car il permet de toucher un public élargi en même temps qu’il donne l’occasion de maîtriser l’histoire d’un pays de manière à peu près complète.
L’ampleur du sujet traité conduit nécessairement à des tâtonnements et à des erreurs. On ne peut être à la fois un historien de la guerre du Vietnam et un historien de la dynastie Trần – ou du moins, un bon historien ; on peut être un mauvais historien qui se contente de recycler la littérature secondaire sur les deux sujets, mais c’est un autre débat…
Pour autant, un historien de la guerre du Vietnam a-t-il interdiction d’écrire sur le Đại Việt des  Trần ? Il faut reconnaître que, vu la pauvreté relative de l’historiographie en la matière, il est tentant pour un historien du Vietnam contemporain d’en profiter pour faire une synthèse générale…
Je me suis moi-même toujours dit qu’il serait temps qu’une Histoire du Campa en bonne et due forme soit rédigée ; doit-on nécessairement attendre de son auteur qu’il maîtrise le cam moderne, sache lire les manuscrits en moyen cam de l’époque moderne, ait une formation suffisante en épigraphie et en langues classiques pour déchiffrer les stèles en vieux cam et en sanskrit…tout en ayant quelques rudiments en archéologie et en histoire de l’art ? Ce serait évidemment irraisonnable.

Pour autant, quiconque se donne pour objectif de retracer l’histoire d’un pays doit faire preuve d’une vigilance accrue pour les périodes qu’il connaît le moins ; ce qui demande un investissement certain, notamment en suivant les avancées les plus récentes de l’historiographie et en questionnant toujours ses sources (dans tous les sens du terme…), même les plus reconnues et même quand elles sont jugées inattaquables.
C’est pourtant souvent le contraire : on a l’impression, dans la plupart des synthèses sur l’histoire d’un pays, que la période prémoderne est bâclée, ou du moins son importance semble minimisée – ce que révèle d’ailleurs le terme même de « prémoderne »… Pour reprendre l’exemple du Vietnam, que dire du n° spécial de l’Histoire qui (pour répondre sans doute à une demande, certes, et à des impératifs éditoriaux) nous vend « le Vietnam : 2000 ans d’histoire », en ne consacrant que quelques pages (bien faites par ailleurs) à ses 1800 premières années d’histoire ?
Je ne saurais me prononcer pour le livre de Ben Kiernan, que je n’ai pas lu, mais il semble qu’il demeure parfois, auprès de certains historiens contemporanéistes, un léger dédain – inconscient – pour ce qui a précédé… Ou alors c’est simplement que notre monde est encore trop centré sur lui-même et son époque pour mesurer l’importance du temps long.

P-E. Bachelet

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (promotion 2011) et agrégé d'histoire, actuellement en thèse sous la direction de J-P. Bassino (Institut d'Asie orientale). Je travaille sur les réseaux japonais dans l'Asie du Sud-Est moderne, avant comme après les édits d'interdiction de voyage à l'étranger promulgués au Japon en 1635.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.