Shuinsen jidai (朱印船時代)

A l’image des marchands chinois, musulmans ou européens, les Japonais ont largement contribué à ce qu’Anthony Reid a défini comme un « âge du commerce » en Asie du Sud-Est, au point que la période allant du milieu du XVIe siècle à 1635 puisse être également qualifiée, pour le Japon, de bōeki jidai (貿易時代).  Les édits d’interdiction de voyage à l’étranger (海禁, kaikin), improprement appelés édits de fermeture (鎖国 sakoku, d’après une expression forgée au XIXe siècle) ne restreignent pas l’activité commerciale du Japon, au contraire. Le Japon conserve des relations diplomatiques régulières avec les autres Etats d’Asie orientale et d’Asie du Sud-Est (aussi bien la Chine ou la Corée que l’ancien Vietnam, le Đại Việt) et les marchands, capitaines et élites japonaises outre-mer continuent pendant longtemps d’animer ces réseaux commerciaux, diplomatiques et religieux, avant d’être progressivement éclipsés par les Chinois. Ce carnet vise donc à mettre en valeur mon projet de recherche doctorale, qui consiste à insister sur les phénomènes de continuité au cours de la période Edo et s’inscrit dans la lignée des études relativisant la rupture des années 1630 dans le rapport du Japon avec l’étranger.

P-E. Bachelet

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (promotion 2011) et agrégé d'histoire, actuellement en thèse sous la direction de J-P. Bassino (Institut d'Asie orientale). Je travaille sur les réseaux japonais dans l'Asie du Sud-Est moderne, avant comme après les édits d'interdiction de voyage à l'étranger promulgués au Japon en 1635.

More Posts


Une réflexion sur « Shuinsen jidai (朱印船時代) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.